Trouver le « bon » local

J’ai souvent entendu dire que les trois règles d’or du commerce sont l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement !

Maintenant que l’on sait ou trouver un local, attaquons une des choses les plus importantes donc, l’emplacement !

L’emplacement idéal est en centre ville avec une grande façade, d’angle entre deux rues passantes, qui offrira une grande visibilité, une grande enseigne, une grande terrasse et surtout qui vous coutera un max !

Je pense sincèrement qu’un bon emplacement est avant tout un emplacement adapté à votre future activité.

  1. Un bistrot de quartier. C’est là où Gégé et ses amis se retrouvent chaque mercredi, après le travail, pour jouer aux fléchettes et refaire le monde. Le bistrot de quartier est probablement un type de bar parmi les plus populaires et c’est l’endroit idoine pour passer un bon moment. C’est une petite affaire, conviviale, qui peu se situer en banlieue.
  2. Un bar de nuit se trouvera dans les villes jeunes, étudiantes, souvent en centre ville, dans les quartiers animés, proche des lieux de sorties comme les restaurants, boites de nuits etc. Ce genre d’établissement n’a pas nécessairement besoin d’avoir un emplacement « Premium », un cadre original et le bouche à oreille peuvent être suffisants.
  3. Un Bar à cocktail chic se trouvera dans les quartiers branchés de la ville, ou la clientèle  bobo sort généralement.

Mais un bon local ne se réduit pas qu’à l’emplacement, quand on cherche une affaire il est important de prendre en compte des critères économiques. Au delà de trouver une affaire qui colle à votre budget il faut prendre en compte sa capacité de développement.

Racheter une affaire qui fonctionne est rassurant mais cela se paye généralement beaucoup plus chère car le prix du fond de commerce dépend directement du chiffre d’affaire. Ainsi, plus une affaire fonctionne et plus elle se vend chère. Il n’est donc pas forcement intéressant d’acheter une affaire qui cartonne car vous aller la payer chère, et il sera difficile de la développer et encore plus de faire une plus value le jour de la revente…

Le meilleur plan pour moi est de trouver des affaires sous exploitées, des commerces en place depuis des années, ou le proprio à petit a petit abandonné son affaire dans les années 80, se contentant de sa petite clientèle d’habitué. Cela se trouve encore, même dans des quartiers tendances, des petits bistrots tenus pas des pré-retraités, des PMU/RAPIDO/FRANÇAISE DES JEUX.. ou l’on n’achète que ses cigarettes avant de partir en courant !

Une dernière chose importante dans l’achat d’un fond de commerce est le BAIL (un article détaillé est prévu), qui donne le montant du loyer. De nombreuse affaire se casse la figure à cause d’un loyer trop élevé. N’oubliez jamais que vous aurez à payer le loyer tout les mois pendant toute la durée de votre exploitation, il y a une règle qui dit que le loyer ne doit pas excéder une semaine de chiffre d’affaire(CA). Mais honnêtement, hormis quelques grosses affaires pleins centres avec de très bonnes expositions, je trouve déjà que c’est beaucoup trop. Je me suis toujours basé sur : le loyer = le CA de la meilleur journée du mois max.

Et surtout, prenez votre temps, ne vous jetez pas sur la première affaire venu, analysez bien le potentiel de l’affaire, pourquoi elle tourne, pourquoi non, ce que je pourrais faire pour changer ça. Si vous etes capables de savoir pourquoi une affaire fonctionne mal et comment y remédier alors cette affaire est peu être pour vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *